Cycle des matières

  • Autorecycling

    Vous trouverez ici des informations détaillées sur les différentes étapes du cycle des matières.


Importateur

Depuis des années, la Suisse ne produit aucun véhicule neuf. Les voitures neuves arrivent en Suisse via les importateurs officiels ou par importation directe. Chaque année, on vend environ 300 000 voitures de tourisme, 25 000 véhicules utilitaires légers et 4 000 véhicules utilitaires lourds neufs. Les importateurs officiels sont réunis dans l’association auto-suisse.

Production

En Europe et en Suisse, les voitures neuves doivent actuellement être valorisables à 95 %. La construction et la production d’un bien de consommation aussi complexe constitue un grand défi, et il en va de même pour son recyclage. Aujourd’hui, les véhicules sont considérés comme des stocks roulants de matières premières. 

Aciérie

Les déchets métalliques sont de précieuses matières premières secondaires, à partir desquelles les aciéries et les fonderies produisent des matières brutes pour de nouveaux produits. En Suisse, les deux aciéries Stahl Gerlafingen et Swiss Steel produisent environ 1,2 million de tonnes d’acier, majoritairement à partir de ferraille.

Depuis des décennies, les véhicules se composent à 75 % de métaux. L’acier a toutefois diminué en pourcentage par rapport aux métaux légers. L’aluminium présente actuellement une part de 5 à 10 %.

Près de 100 % de la ferraille et de l’aluminium peuvent être réintroduit dans le cycle des matières. Le broyage de 100 000 véhicules par an permet de réaliser les économies suivantes par rapport à la production primaire:
- 100 000 tonnes de minerai de fer
- 30 000 tonnes de bauxite
- 300 000 MWh d’électricité
- 65 000 tonnes de CO2

Broyeur

Des grands concasseurs à marteau de jusqu’à deux mètres de diamètre avec une puissance d’entraînement de 800 à 3000 ch brisent les épaves de voiture en morceaux de la grandeur d’un poing en quelques secondes seulement. Les véhicules hors d’usage ne représentant que 20 à 30 % de l’intrant total, les usines de broyage ne traitent pas que des véhicules, mais aussi d’autres déchets contenant des métaux. Il s’agit notamment de vieux métaux, de «produits blancs» (machines à laver, cuisinières), de déchets industriels et d’autres rebuts métalliques qui doivent être déchiquetés avant la fonte.

L’usine de broyage récupère le fer et l’acier, soit la ferraille broyée, ainsi que des métaux non ferreux tels que l’aluminium et le cuivre, et vend ces précieuses matières premières secondaires à des aciéries et des fonderies.

Il reste des déchets sous forme de résidus non métalliques: la fraction lourde de déchiquetage (caoutchouc, plastiques) et la fraction légère de déchiquetage, appelée aussi RB(A) / résidus de broyage (automobile). Selon l’Ordonnance sur les mouvements de déchets, les RBA sont des déchets spéciaux avec le code 19 10 03.

Les 80 000 à 100 000 tonnes de ferraille automobile traitées dans les usines de broyage suisses produisent chaque année quelque 20 000 tonnes de RBA. Cela représente environ 20 % du poids des véhicules. La quantité annuelle totale de résidus de broyage se situe entre 50 000 et 60 000 tonnes. Les RB et RBA se composent principalement de matières plastiques (60 %), de verre/sable (15 %), de textiles/cuir/bois (10 %), ainsi que de poussière de peinture/rouille (10 %) et de métaux (5 %).

 

Recycleur

Une fois que la voiture a été utilisée intensivement, en moyenne pendant plus de 16 ans, et qu’elle n’est plus viable sur le plan économique, elle est traitée par un recycleur d’automobiles spécialisé, qui la dépollue et lui retire les pièces réutilisables. Les pneus, les batteries, les huiles et autres liquides sont valorisés. Les pièces qui peuvent encore être utilisées sont examinées et mises en vente comme pièces détachées et peuvent être achetées directement auprès du recycleur. La plupart des recycleurs gèrent de grands stocks et vendent également des pièces sur Internet. En Suisse, on recycle environ 100 000 véhicules hors d’usage et voitures accidentées par an. Le prétraitement est nécessaire pour le traitement ultérieur par l’usine de broyage. Pour rendre leur transport plus efficace, les carrosseries vides sont aplaties; les paquets de ferraille appartiennent au passé. Les voitures de tourisme neuves sont composées de plus de 10 000 pièces et de divers matériaux en différentes compositions. Le choix des matériaux dépend de divers critères tels que le respect de propriétés techniques, physiques et chimiques, le poids, les coûts et le design.

Propriétaire

La voiture représente souvent le deuxième poste de dépenses le plus élevé d’un ménage après le logement. Pour de nombreuses personnes, l’achat et la possession d’un propre véhicule sont chargés d’émotions. La voiture est entretenue et réparée. Aujourd’hui, les déchets causés par cette maintenance sont pour la plupart recyclés. Jusqu’à 80 % de toute l’énergie utilisée pour l’approvisionnement en matériel, la production, l’utilisation et l’élimination d’un véhicule est consommée pendant son exploitation (carburant, entretien, pièces détachées).

Commerce automobile

L’industrie automobile suisse comprend 5200 garages, dont 4000 sont organisés dans l’Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA) avec environ 37 500 employés. Le commerce automobile affiche plus de 800 000 changements de titulaire, soit de changements du propriétaire de véhicules d’occasion. En 2014, l’industrie automobile suisse a réalisé un chiffre d’affaire d’environ 90 milliards de francs suisses.